Fashion & Lifestyle


samedi 6 décembre 2014

Frustration

Look Christophe Lemaire pour The Line 


J'ai passé toute la semaine dernière à Paris et il me semble superflu de préciser que je me suis livrée à un shopping massif et organisé.

Ma tactique, lorsque je prévois un gros coup, aka une dépense d'argent irraisonnée, c'est de commencer l'affaire par de longs repérages stratégiques. D'abord sur internet, ensuite sur le terrain, c'est à dire en boutiques.
Bon, parfois, je craque complètement et j'achète tout de suite, dès mon premier tour de piste, en me disant que je ne peux objectivement pas laisser cette jupe, ce pantalon, ces chaussures, ce pull -rayez les mentions inutiles, ou pas d'ailleurs- plus longtemps privé(e) de la chaleur de mon dressing.

Cette façon d'agir n'est ni bien ni mauvaise, elle a juste tendance à me laisser frustrée les jours suivants car je ne peux plus rien m'offrir... et que je n'arrête pas pour autant la tournée des boutiques! Non, non, non, je suis bien trop curieuse de découvrir ce que je peux dégoter dans les magasins lorsque je suis en déplacement dans une autre ville, surtout si cette autre ville est Paris, Berlin, Bruxelles, Londres, etc...

Tout ça pour vous dire que la semaine dernière, et bien j'ai opté pour ma tactique de l'achat retardé.
J'ai bien sagement suivi mes règles et n'ai rien acheté le premier jour. Bon, ok, je me suis bien rattrapée le deuxième... mais ceci est une autre histoire dont nous aurons largement le temps de parler une autre fois.

Me voilà donc dans ma tournée des enseignes du Marais, poussant les portes de toutes mes marques préférées jusqu'à arriver à la boutique Christophe Lemaire, mon ultime fashion hotspot dans le quartier.
Je flâne parmi les portants de vêtements, l'oeil vif et la main alerte, sélectionne une robe, un pull cropped et un pantalon et me dirige vers la cabine d'essayage.
La robe est belle, je le savais déjà puisque je l'avais repérée quelques mois plus tôt lors d'un précédent passage à la boutique.
Le pull est sublime, parfaitement coupé et d'une douceur dingue.

Le pantalon... il est fait pour moi!!

Non sérieusement, dire qu'il me va comme un gant est la pure vérité, sans vanité aucune ni exagération.
Ce modèle de rêve ressemble beaucoup à celui de la photo ci-dessus, mais en plus beau... Taille haute, en laine et cachemire, d'un noir profond, il a une coupe large et droite des plus flatteuses avec une paire de talons.
Aucun doute, ce pantalon est le mien.

Mais là voilà, mon esprit de tacticienne se met en marche: comme je vous le disais ici, mon objectif shopping de ce séjour parisien était un sac de designer.
Un sac qui grignoterait sérieusement mes économies et qui demanderait donc de s'abstenir de tout autre achat.

J'ai donc pris sur moi et reposé le pantalon sublime, en me disant que je pourrai toujours revenir sur ma décision les jours suivants.

Résultat des courses: j'ai quitté Paris sans sac et sans pantalon sublime.

Après avoir passé la semaine à roder autour des sacs Céline, Louis Vuitton, Chloé & Co, je n'ai pas réussi à arrêter ma décision sur un modèle et n'ai donc rien acheté parce que, quand même, un tel investissement mérite d'être vraiment sûre de son coup.

Le samedi, la veille de mon départ de Paris, je suis donc repassée à la boutique Christophe Lemaire avec l'idée de réessayer le vêtement tant aimé et très certainement, de repartir avec. 
(Au fait, ce matin là, j'étais à la braderie qu'organisait la marque dans une galerie près du Musée Picasso. J'y ai passé trois heures pour ne repartir qu'avec un seul article! Autant dire que j'ai bien réfléchi mon achat... faut que je vous montre).
Le destin ne voulait décidément pas que j'ai ce pantalon... pendant les trois jours que j'avais laissé passer, quelqu'un d'autre que moi lui avait mis le grapin dessus.

Déception. Frustration. Reproches. Presque larmes.

Bon et puis voilà, se dire que c'est comme ça, qu'il y a des coups durs dans la vie d'une fashionista et que celui là en était un rude.

Je crois que je n'oublierai malgré tout jamais ce sublime pantalon manqué... Christophe, si tu me lis, tu ne voudrais pas en produire un dernier, un seul, juste pour moi?!?

La morale de cette histoire, c'est qu'il n'y pas vraiment de manuel tout fait pour shoppeuse avertie: repérages sages et tactiques ou folie spontanée, on sera de toute façon toujours un peu frustrée de ne pas avoir tout ce qu'on veut...
Mais c'est ça l'amour de la mode, une envie inassouvie de belles choses, de créations remarquables, de pièces particulières et inédites.

Et pour la mise à jour, je n'ai pas lâché l'affaire du sac, je profite juste d'un petit rab de temps pour affiner mon choix... 
A suivre donc.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire