Fashion & Lifestyle


dimanche 18 mai 2014

Le bilan de la semaine

Une semaine avignonnaise (et l'occasion donc, de vous fournir une liste de bonnes adresses locales!), avant le prochain bilan qui s'annonce berlinois!


J'ai retrouvé mes bonnes vieilles habitudes...


...chez Françoise.
Ce salon de thé sympathique sert aussi de la petite restauration pour le petit déjeuner et le déjeuner.
J'aime beaucoup y aller pour profiter de sa terrasse située dans une jolie rue calme, en face du Conservatoire de musique et de danse. J'y mange des salades, des petits sandwichs à la garniture originale, des crumbles sucrés, accompagnés de chouettes limonades artisanales ou de jus de fruits.
C'est simple et un peu comme à la maison même si tous les produits ne sont pas d'égale qualité: dommage pour les tartes dont la pâte n'est pas faite maison...


J'ai (re)succombé au meilleur croissant de la ville...


...chez Oliveiro.
J'adore les bonnes boulangeries, le bon pain et surtout, les bonnes viennoiseries.
Lorsque je suis à Avignon, le top c'est de me lever tôt pour une ballade matinale suivie d'une visite aux Halles pour faire le marché chez les bons primeurs et ramener quelques gourmandises régionales pour le déjeuner du jour.
Mon plaisir ensuite, c'est de m'arrêter dans cette boulangerie, située sur une des places les plus sympas de la ville, pour prendre un bon café et un croissant bien sûr... C'est simple, mais ça donne le ton à une journée réussie.


Je suis allée au ciné pour voir...


J'ai plutôt bien aimé ce film, même si le rythme du thriller à la française est parfois étonnant...
Le fait est que le scénario est déroutant et qu'on se retrouve sans cesse bousculé par les choix ou les attitudes du personnage central. Le film est long (2h environ) mais on reste tenu par les surprises que nous amène l'histoire, sauf peut être lors de quelques scènes un peu trop étirées ou vraiment trop invraisemblables. 
Les comédiens sont bons et on apprécie la mise en lumière d'une certaine réalité sociale qui touche bien plus d'émigrés qu'on ne peut l'imaginer.


J'ai testé le trio entrée/plat/dessert...


...à La Table d'Oscar.
Un resto fraichement ouvert depuis quelques mois pour une cuisine généreuse et qualitative.
Le menu complet était beauuuuucoup trop copieux pour le midi mais c'est avec plaisir qu'on goûte aux plats du chef Olivier Brassart. 
Les assiettes sont élaborées avec des produits frais, choisis le matin même sur les étals des Halles. 
Le coût d'un menu est tout à fait raisonnable compte tenu de la qualité de la cuisine servie (le midi, on sert un menu unique). Les prix à la carte sont à peine plus élevés le soir.
Une jolie adresse à essayer, d'autant plus que cet été, on pourra profiter de la grande terrasse attenante à l'établissement, dans la rue la plus animée de la ville pendant le Festival.


Je me suis fait mon idée sur...


...le Mucem.
Voilà un an -depuis l'ouverture du musée en fait- que j'attendais l'occasion d'un passage à Marseille pour visiter son tout dernier musée.
Le voyage vaut le coup d'oeil. La structure du J4 qui vient s'ajouter au paysage du Fort Saint-Jean offre un panorama vraiment incroyable. Un très bel exemple de mariage réussi entre modernité et tradition.
J'ai été chanceuse, la journée que j'ai passé là-bas était superbe et les images que j'en ai ramené n'en sont que plus belles.
En revanche, la visite des collections du musée est une très mauvaise idée! J'étais bien entendu curieuse de découvrir ce qu'un musée "des arts méditerranéens" pouvait proposer... Maintenant je sais, et je ne peux que déconseiller la visite! Il n'y a là qu'un ramassis d'objets laids et inintéressants sensés représenter la culture méditerranéenne, tout au mieux, on se croit dans une brocante qui aurait rassemblé toutes sortes de reliques populaires et poussiéreuses dans l'espoir d'en tirer quelques sous!
Le constat est assez pathétique et vraiment décevant. J'ai même trouvé assez honteux qu'un tel bâtiment -un musée NATIONAL- propose une vision si pauvre et caricaturale de la culture méditerranéenne. Vraiment dommage...
Même chose pour les expos temporaires qui sont proposées en ce moment, rien de bien intéressant ni de très creusé.
En revanche, pour finir sur une note plus positive, la terrasse du J4 (superbe, voyez donc la photo) offre la possibilité d'un beau moment d'épicurisme: un bar à huîtres est installé au sommet et propose une dégustation accompagnée d'un verre de blanc... Si ça c'est pas du luxe total...


J'ai honoré le brunch du dimanche...


...au Salon de thé du Petit Palais.
Situé dans un cadre grandiose, au coeur du musée du Petit Palais, ce brunch est la promesse d'un moment de volupté dans une magnifique cour intérieure rafraichissante et protégée des bruits de l'extérieur.
Ce qu'on y sert n'est pas du tout original (pains, brioches, oeufs, charcuterie et fromage, saumon...), pas de la plus grande qualité non plus mais j'ai néanmoins passé un excellent moment.
L'endroit est vraiment à découvrir mais plutôt que le brunch, je conseille de venir paresser quelques heures dans les chaises longues avec un café et un bon bouquin...


J'ai vu une expo comme je n'en avais jamais vu...


...celle de La Disparition des Lucioles à l'ancienne prison d'Avignon.
Une expérience incroyable!
Après avoir manqué le vernissage d'hier soir faute de temps, j'ai eu la chance de découvrir l'exposition aujourd'hui, premier jour d'ouverture au public. Sur ce coup là, je ne peux que recommander de venir visiter l'expo et par la même occasion, découvrir ce lieu incroyable jusque là fermé à tout public.
Car la prison Sainte-Anne était il y a à peine dix ans, une vraie prison datant du 18ème siècle fonctionnant à plein régime, en plein coeur du centre historique de la ville! Autant dire, un lieu vétuste et figé dans le temps.
C'est incroyable de parcourir l'énorme exposition -sur plusieurs niveaux et composée de plusieurs centaines d'oeuvres issue de la Collection Lambert, de prêts ou carrément crées pour l'occasion- dans un cadre tellement chargé d'histoire qui porte les traces des hommes et femmes passés entre ces murs.
Car le lieu a été transformé en galerie d'art éphémère mais conserve entièrement son identité d'origine: les cellules aux portes fatiguées accueillent maintenant les travaux d'artistes pour révéler toute la puissance symbolique des oeuvres.
Un drôle de parti pris, radical sans aucun doute, qui fonctionne diablement bien et qui ne peut laisser indifférent.



Adresses:
Chez Françoise, 6 rue du Général Leclerc, 84000 Avignon
Oliveiro, place des Corps Saints, 84000 Avignon
La Table d'Oscar, 84 rue de la Bonneterie, 84000 Avignon
Mucem, 7 promenade Robert Laffont, 13002 Marseille
Salon de thé du Petit Palais, place du Palais, 84000 Avignon
Exposition La Disparition des Lucioles, Collection Lambert/ jusqu'au 25 novembre 2014

1 commentaire:

  1. Je ne peux qu'approuver tes mots.
    Ma colère fût grande au MUCEM, comme ma déception.
    Mais La disparition des Lucioles...
    Pas moyen de me sortir cette expo de la tête.
    Allez à Avignon, "QUE" pour ça.
    Aucun doute, cette installation éphémère est actuellement un des plus beaux musés de France.

    RépondreSupprimer